Petite histoire du croissant

croissant

Le croissant est aujourd’hui l’un des symboles de la gastronomie française au même titre que le camembert, la baguette ou le boeuf bourguignon. Pourtant comme beaucoup de symboles gastronomiques il ne trouve pas son origine dans notre hexagone.

Une histoire de Turcs et de Viennois

L’origine du croissant est liée à un évènement précis de l’histoire, le siège de la ville de Vienne en l’an 1683 par les Turcs appelés à l’époque Ottomans. Deux versions divergent quant à l’attribution de l’invention du croissant. La première, et la plus répandue, attribue le croissant aux boulangers viennois qui en raison de leur réveil très matinal ont pu repérer les préparatifs nocturnes des Ottomans s’apprêtant à envahir la ville. Ils ont pu ainsi prévenir les troupes viennoises à temps qui anticipant les mouvements de troupe ont pu défaire les Ottomans et ainsi mettre fin au deuxième siège de Vienne. C’est pour célébrer l’évènement que les boulangers de la ville auraient confectionné alors cette pâtisserie en forme de corne symbole avec l’étoile du drapeau Ottoman et que l’on avalait d’une bouchée !

L’autre version attribue le croissant plus nommément à un cafetier de Vienne nommé Kolschitsky qui aurait créé cette nouvelle pâtisserie, toujours en référence à la défaite de l’occupant mais pour accompagner le café laissé par les turcs et qu’il servait dans son échope. Comme toujours, on peut penser que la vérité se situe entre ces deux versions…

Puis il fut naturalisé français…

Quoiqu’il en soit le croissant, à cette époque à base de brioche, connut un énorme succès qui dépassa rapidement les frontières de Vienne et de l’Autriche. Pour son arrivée en France, là encore deux versions existent. On attribue son arrivée soit à Marie Antoinette qui l’aurait popularisé à Paris soit à 2 boulangers viennois qui se sont installés dans la capitale à la même époque. Là encore on peut penser que Marie Antoinette et les deux boulangers aient contribué en même temps à cette popularisation.

Mais le croissant n’acquit son identité française que dans les années 1920 quand le croissant fut fabriqué à partir de pâte feuilletée pour devenir ainsi une viennoiserie raffinée de la gastronomie française. Depuis son succès ne se dément pas et l’on trouve plusieurs types de croissant aussi bien sucrés que salés moins communs il est vrai.

Le rouleau coupe croissant

On ne se refait pas, petite curiosité en matière d’ustensile pour confectionner ses croissants : le rouleau coupe croissant bien utile quand le coup de main pour les couper et les former est un peu hésitant…


1 Réponse pour “Petite histoire du croissant”

  1. goalec dit :

    Aujourd’hui les croissants industriels (vendus en GMS) ne sont plus des croissants : ils sont rectilignes.
    Le nom du croissant (le vrai) vient de l’analogie avec le croissant de lune.
    Celui des Turcs, justement.
    L’étymologie vient du verbe croître (grandir).
    De là à dire que le croissant fait bien grandir… c’est tentant !

Laisser un commentaire

*